[Rétro] Alexandra, au-delà des armes, le visage de nos frères

L’année dernière nous avions chroniqué le dernier film d’Alexandre Sokourov, Francofonia, le Louvre sous l’Occupation, présenté lors du 3ème Festival de cinéma russe de Nice. Cette année, nous faisons un bond, dix ans plus tôt, pour vous présenter Alexandra, une œuvre magistrale, à la fois profondément universelle et intimiste qui nous plonge dans l’attente indicible d’un camp militaire russe en Tchétchénie, faisant courir ombres et lumières sur un conflit dont les origines vaporeuses finissent par échapper à ces belligérants mêmes. (suite…)

Nailbiter, puzzle sanglant !

Il y a une réflexion que l’on a tous eu au moins une fois dans sa vie face à une vision d’objets ou de personnes très similaires ou identiques: « Il y a un nid ou quoi ?! » ou d’autres versions de cette dernière. Une réflexion dont se serait bien passé la petite ville de Buckaroo dans l’Oregon qui réussit le triste exploit d’avoir engendré pas moins des 16 pires serial killer des Etats-unis, rien que ça ! Surtout quand le dernier boucher de Buckaroo, Edward « Nailbiter » Warren comprenez « rongeur d’ongles » se fait arrêter en plein milieu d’un énième carnage… Mais contre toute attente est acquitté ! Ce dernier se paît même le luxe, après son procès mascarade, de revenir habiter à Buckaroo ! La justice comme on l’aime aux U.S.A !
Kezako son surnom dans tout cela ? Me direz-vous, c’est bien simple, il a une manie toute mignonne (ou dégoûtante selon certains) qui est de se ronger les ongles… Et de commettre des tueries monumentales pour pouvoir bouffer les ongles de ses victimes et cela jusqu’au sang ! Hell yeaaaaaah ! (suite…)

[Avant-Première] Les champions, quand propagande et cinéma font mauvais ménage

Toujours en avant première au 4ème festival du cinéma russe de Nice, nous avons pu voir, le mercredi 21 septembre 2016, une co-réalisation d’Alexeï Vakoulo, de Sergueï Possokhin et de Dmitri Dioujev. Les champions, c’est son nom, a été produit, avec l’aval des autorités russes, juste avant les jeux olympiques d’hiver de Sotchi 2014. L’entreprise propagandiste, confirmée par le réalisateur présent, visait surtout, d’après lui, à convaincre la jeunesse de s’engager dans le sport. Et sûrement, nous le rajoutons, de redonner des lettres de noblesses à une organisation contesté de toutes parts. Le résultat, quoiqu’il en soit est un piètre film de commande qui peine grandement à nous enthousiasmer. (suite…)

[Avant-première] L’équipage pousse le film catastrophe dans ses retranchements !

Du 20 au 24 Septembre 2016, s’est déroulé le 4ème Festival du Cinéma Russe de Nice. Une fois n’est pas coutume, Une Graine dans un Pot était de la partie. A la première soirée, en présence du réalisateur Nikolaï Lebedev, nous avons pu assister à l’avant-première de L’équipage, sorti, il y a quelques mois à peine, en Russie. Ce film hybride débutant comme une romance se mue soudainement en film catastrophe audacieux repoussant les limites du genre dans l’exagération avec ce qu’il faut de panache pour enthousiasmer un public conquis. (suite…)

[Rétro] Frankenhooker : Henenlotter, apôtre du mauvais goût ?

Frankenhooker, péloche fantasque de Frank Henenlotter, réalisateur falabraque, dont les plus jeunes (mais pas trop) auront peut-être vu Sex Addict, un délire incroyable sur deux humains modifiés à la recherche de l’amour, est sorti en DVD, le 7 septembre 2016, vingt-six ans après sa sortie américaine. S’il a connu une première vie dans les vidéo-clubs français, sa résurrection, c’est le cas de le dire, distille un brin de folie dont seules les productions des eighties avait le secret. (suite…)

[Avant-première] Le périple, zombies à la sauce nissarde

Voilà deux ans que Vincent Orst, niçois d’adoption, nous préparait l’un des premiers long-métrage local à surfer sur la vague du revival zombie. Producteur, réalisateur et scénariste, le fringuant jeune homme a accueilli une foule dense pour la toute première projection, ce dimanche 18 septembre 2016, au Pathé Lingostière de Nice, accompagné des acteurs parmi lesquels Jean-François et Corinne Pastout ou encore Eric Collado, ancien membre des Nous c nous. Lorgnant davantage sur la comédie inspirée de Shaun Of The Dead que sur l’héritage purement romérien, Le périple nous entraîne gaiement sur les chemins de l’arrière-pays azuréen proposant une approche de série B assumée. (suite…)

[Direct-to-Vidéo] James White, le caractère intime d’une tragédie universelle

James White, premier long-métrage de Josh Mond, remarqué au Festival de Sundance, est sorti, directement en vidéo, le 30 août 2016. Déroulant la narration, somme toute banale, des derniers instants de vie d’une mère cancéreuse et de la détresse d’un fils dépassé, le film émeut surtout par l’interprétation remarquablement empathique de  Christopher Abbott et, qui l’eut cru, de Cynthia Nixon, héroïne de Sex and the city. (suite…)

[Avant-première] L’odyssée ou la longue prise de conscience écologique

Avec L’odyssée, que nous avons pu voir en avant-première, ce vendredi 9 septembre, et qui sortira le 12 octobre prochain, Jérôme Salle livre une biographie à charge du Commandant Cousteau qui, sur fond de conquête des fond marins, pose les questions écologiques qui s’imposent aujourd’hui et sonne comme un appel, non seulement à une prise de conscience mais également de responsabilité. (suite…)

One More Time With Feeling, du drame intime à la beauté universelle

One more time with feeling, voilà un beau programme pour présenter une oeuvre accouchée dans la détresse. Ce documentaire d’Andrew Dominik, diffusé un seul soir au cinéma, ce jeudi 8 septembre 2016, nous plonge au coeur de l’enregistrement studio de Skeleton Tree, le dernier album de Nick Cave and The Bad Seeds, qui sortira le lendemain. Le crooner australien y couche sa voix suave pour rendre hommage à son fils Arthur, disparu tragiquement l’année dernière. (suite…)

[Direct-to-Vidéo] Eye in the sky, dissection sans concession de la guerre moderne

Avec Eye in the sky, qui sort directement en E-Cinéma, ce vendredi 9 septembre 2016, Gavin Hood réalise un quasi-remake de son précédent film La stratégie Ender. Il quitte la science-fiction et ce qu’elle a d’évocateur pour aborder les mêmes problématiques, notamment l’éthique de la guerre moderne, à travers un angle très réaliste, plus ambigu moralement mais bien plus angoissant. (suite…)