Suicide Squad, sauvé par la hype

Suicide Squad reprend les codes qui ont directement propulsé Les gardiens de la galaxie dans la catégorie des films cultes : une bonne dose d’antihéros alliés à une bande son imparable. Ici, quelques morceaux de rock mythiques ont été repris à la sauce hip-hop. Une coolitude surexploitée par David Ayer, sauvant des eaux une scénarisation hasardeuse, fait de Suicide Squad, un moment plaisant pour dodeliner de la tête mais un piètre film héroïque, tout le contraire de son magnifique Fury. (suite…)

Insaisissables 2, un tour d’esbrouffe

Autant Insaisissable nous avait subjugué, rappelant que la magie du cinéma fantastique réside souvent dans une diégèse mystérieuse poussant le spectateur à accepter l’univers qu’on lui propose autant qu’à s’y projeter avec émerveillement et surprise. Autant Insaisissable 2, à trop vouloir en dire, gâche notre plaisir enfantin de se laisser tromper par l’illusionniste. (suite…)

[Avant-Première] C’est quoi cette famille !? La famille rêvée ?

Ce jeudi 4 août 2016, nous avons pu assisté à l’avant-première de C’est quoi cette famille !?, la nouvelle comédie sociale de Gabriel Julien-Laferrière, le réalisateur de Neuilly sa mère ! Il évite de peu la fable poussive en posant la caméra derrière les gosses, appuyant sur l’amitié enfantine plutôt que sur les poncifs concernant la famille moderne, là où la caricature exagérée aurait été facile. (suite…)

[Avant-Première] Ma vie de chat, comédie féline et maline

Avec Ma vie de chat, que nous avons vu en avant-première, et qui sortira le 3 Août prochain, Barry Sonnenfeld, à qui l’on doit les Familles Adams et les Men In Black, propose une petite comédie plaisante qui ravira petits et grands. Pour les premiers, l’histoire attendrissante et universelle d’une amitié paternelle contrariée fonctionnera à merveille tandis que pour les seconds, elle fleurera bon les années 90 et l’âge d’or des comédies anthropomorphes propageant un goût de revenez-y nostalgique. (suite…)

[Avant-Première] Where to invade next, la révolution molle et approximative de Moore

Where to invade next. Sans point d’interrogation. Comme s’il était évident que, l’une après l’autre, pour maintenir leurs rangs, les États-Unis d’Amérique devait persister dans leur politique impérialiste, guerrière ou culturelle, conquêtes après conquêtes. Voilà l’idée contre laquelle s’insurge Michael Moore dans son dernier documentaire, que nous avons pu voir en avant-première et qui sortira sur nos écrans, le 14 septembre 2016. Par bien des aspects, ce dernier est décevant, truffé d’approximations, et par son style tranquille, bien loin du Moore offensif que l’on a connu. Le réalisateur y fait le tour du monde des bonnes idées capables d’améliorer la vie des américains, à la manière de Demain.

(suite…)

[Avant-première] Free Dance, un étranger à New-York

Ce vendredi 29 juillet 2016, nous avons pu assister à l’avant-première de Free Dance, qui sortira le 3 août prochain. Contre toute attente, mais peut-être les fidèles lecteurs d’Une graine dans un Pot penseront qu’à force de voir des films Bollywood, notre tolérance a été relevé, et malgré une niaiserie évidente, ce film de Michael Damian sort légèrement du lot en mettant à l’honneur la musique classique. (suite…)

[Direct-to-Vidéo] Kenshin : Kyoto Inferno, une suite en demi-teinte

Quelques mois seulement après la sortie de Kenshin le vagabond, directement en vidéo, voilà que Metropolitan Filmexport réitère l’expérience en proposant au public français la suite de la saga adapté par Keishi Ohtomo. Kenshin Kyoto Inferno, sorti le 20 juillet 2016, prend place après les événements du premier film et réussit à nouveau à saisir les instants fatidiques de l’histoire japonaise au début de l’ère Meiji. Sans pour autant nous transporter. (suite…)

La couleur de la victoire, ils n’auraient pas cru que, là-bas aussi, ce fut le noir

Il n’ aurait pas cru sans le voir que la couleur du désespoir, là-bas aussi, ce fût le noir. Lorsque Jesse Owens, jeune athlète afro américain, accepta de concourir pour les États-Unis aux jeux olympiques de 1936 à Berlin, il ne percevait qu’à peine qu’il signerait là, un acte de résistance à l’Allemagne nazie tout autant qu’à l’Amérique ségrégationniste. La couleur de la victoire de Stephen Hopkins retrace le parcours d’un athlète hors-norme rattrapé par l’Histoire.

(suite…)

American Nightmare 3 : Elections conclut un puissant triptyque politique !

Décidément la franchise American Nightmare frise le génie horrifique autant qu’elle excelle dans la satire en dépeignant sans crier gare une vision vitriolique de notre société. A l’image du travail de George A. Romero qui écrivit, avec sa saga zombiesque, d’épisode en épisode, un véritable manifeste politique, James DeMonaco clôt son triptyque, génial, avec une maturité que beaucoup pourrait lui envier. Il y est question de résistance citoyenne, de bravoure révolutionnaire et d’éthique politicienne. Trois visions de l’engagement en société que l’on voudrait opposer avec un populisme certain, manipulation par jeu de miroir déformant qu’American Nightmare – Élections balaye d’un revers de la main. (suite…)

Tarzan, fiction et histoire s’entremêlent au cœur de la jungle congolaise

David Yates, réalisateur des quatre derniers épisodes cinématographiques de la saga Harry Potter, revient cette année pour adapter un autre monument de la littérature anglo-saxonne : Tarzan. Tarzan, une nouvelle écrite, en 1912, pour les magasines pulp, par Edgar Rice Burroughs, et immédiatement transformée en objet marketing par l’auteur lui-même se verra décliner en vingt-cinq aventures romanesques, perpétué par la suite par d’autre écrivains, en bandes dessinée ou en romans. Au cinéma, c’est près de quarante-six versions, plus ou moins officielles, plus ou moins fidèles, qui seront mis en scène jusqu’à nos jours, et pas moins de vingt et un interprètes qui participeront à l’épopée. Le Tarzan de cette année n’est pas le plus fantaisiste replaçant l’intrigue dans un optique anti-colonialiste et écologiste. (suite…)