[Avant-Première] La preuve qu’on peut rire de tout : Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu?


Philippe de Chauveron, après deux films consacrés à la bédé L’élève Ducobu, revient avec un scénario original, écrit par lui-même et Guy Laurent. Avec Christian Clavier et Chantal Lauby en tête d’affiche, le film laisse toutefois beaucoup de place à une pléthore de nouveaux talents de la scène comique française. La relève est là. Nous étions à l’avant-première niçoise, ce jeudi 4 avril.

La famille Verneuil est un exemple de métissage. Ce qui n’est pas pour plaire au patriarche, Claude (Christian Clavier) et à la maîtresse de maison, Marie (Chantal Lauby, toujours au top depuis Prêt à tout). Les deux parents réacs n’accepte que par dépit les trois mariages mixtes de leur trois premières filles. Et ils espèrent ardemment que leur quatrième et dernière fille leur offrira un bon catholique en mariage. Ce qu’elle fera. Le seul bémol, pour ces deux bourgeois coincés, leur catholique de gendre est noir. Et sa famille est aussi raciste que les parents Verneuil.

Comme l’a dit Ary Abittan, qui incarne David Benichou, gendre de d’Odile (Julia Piaton) lors du débat suivant la projection, et nous le rejoignons sur ce point, on peut rire de tout, mais il faut le faire avec talent. Et il est vrai que Philippe de Chauveron réussit ce pari. On aurait pu craindre que l’ambiance soit lourde pour une comédie qui touche à un sujet aussi sensible que le racisme de nos jours. Ce n’est pas le cas. Les vannes versent parfois un peu dans la caricature, mais celle-ci est toujours à la fois assumée, et mise en contre-pied par la réplique cinglante d’un second protagoniste. Comme le revendique Frédéric Chau (Chao Ling), que l’on a découvert dans le Jamel Comedy Club, les quatre acteurs masculins ont grandis dans des quartiers populaires, et ont vécu ces clashs qui ne reflètent pas systématiquement un racisme véritable.Mais plutôt une ambiance taquine. En bref, le film prend le parti de rire des clichés les plus énormes, sans tomber dans le défaut d’y croire. Il y a ici, un détachement réel de ces stéréotypes, en les mettant justement en exergue pour ce qu’ils sont, des idées arriérées, et donc sujette à la moquerie. Du côté des quatre sœurs, deux prestations sont remarquables. Celle de Frédérique Bel, qui aborde le rôle avec sérieux, et affiche souvent un air anxieux, parfaitement en décalage avec les rôles masculins plus cabotins. Et celle d’Élodie Fontan, mise en avant car l’on va assister à son mariage, et qui démarre une carrière prometteuse au cinéma, après un long interlude télévisuelle. On l’avait vu dans Le plus beau métier du monde, au côté de Gérard Depardieu, alors qu’elle n’avait que neuf ans.

Christian Clavier joue ici son rôle le plus sincère depuis longtemps, quasiment son propre rôle. Et c’est peut-être l’aspect le plus réussi. Claude Verneuil ne cesse de se justifier : il n’est pas raciste, il est gaulliste et républicain. Comme toute une franche de l’actuelle droite « républicaine » reconvertie au sarkosysme, il a un dentiste juif, il connaît un épicier arabe, et sa femme de ménage est noire. Bref, il n’est pas raciste, mais quand même, y’a trop d’étrangers dans le coin… La preuve que l’on peut rire de tout, même de soi-même. Rien que pour cela, nous vous conseillons d’aller voir Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?, dont la sortie nationale est prévu le 16 Avril 2014.

Rémy Boeringer

Pour voir la bande-annonce : 
Publicités

7 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s