Au Théâtre de Verdure de Nice, Les P’tits Gars Laids redonne un peu d’espoir au métronome


Dans le cadre des Nuits du Théâtre, et en première partie d’Antoine Duléry, Les P’tits Gars Laids se produisaient sur la scène du Théâtre de Verdure, ce 8 juin 2014. Le quatuor niçois, formé en 2008, et dont la popularité croissante, s’est forgée dans les pubs du Vieux Nice, a offert un show pensé comme un pièce de théâtre, en deux actes, oscillant entre mélancolie et ambiance festive. Suivant les mêmes routes ombragées que La Rue Kétanou ou les Ogres de Barback, ces petits nouveaux de la scène française n’ont plus rien à apprendre de leurs aînés. Le groupe est composé de François Keanneally au chant, à l’accordéon et à la guitare, d’Arnaud Piana à la guitare, de Romain Gauthier aux percussions et de Jean-David à la contrebasse.

La première partie s’organise autour d’une chanson au souvenir du père de François, le chanteur. Les P’tits Gars Laids nous offrent une chanson intimiste sur la perte et l’absence, mais dans un élan d’optimisme, le groupe nous oriente surtout vers la nécessité de l’hommage et du souvenir. Pour François, chanter son père, c’est l’avoir à ses côtés, ce soir. Peut-être, est-ce l’occasion, comme ce vieil homme qu’ils ont rencontré à la terrasse d’un café, de ne plus regarder passer le vent. Après tout, « La femme qu’il aime est sans bagage, et lui un mendiant sans chaussures, mais à deux ils partent sans équipage, sans frontières à leur aventure. » Je m’en vais est une véritable invitation au voyage, à moins que notre carapace ne nous cloue au sol.

La seconde partie convoque des chansons plus enjouées du répertoire, et plus engagées aussi tels que Je suis d’ailleurs, texte inspiré sur le métissage déclarant comme tant devrait s’en rendre compte :

« Je suis ni blanc ni noir, je suis la couleur de l’espoir

Disent les poètes à la merci, des cons qui ne voient qu’un gris

Je suis un manouche sédentaire, un tzigane qui sait se taire

Mais je suis blanc pour eux, gitan pour les blancs, et je suis les deux avec le temps ».

Concluant leur tour de chant, avec Métronome, où Julien attrape son accordéon pour mettre la foule en liesse, qui se levant, ne cesse plus de battre la mesure par applaudissements, les P’tits Gars Laids, nous ont offert un beau concert emplissant le public d’espoir et de fraternité. Un final pour nous rappeler qu’ils sont sûrement désolés de ne pouvoir donner « assez d’amour à tous ces gens, assez d’argent pour s’envoler », qu’ils jouent « pour apporter un peu d’espoir au métronome ».

Boeringer Rémy

Retrouver les P’tits Gars Laids sur leur site : http://www.lesptitsgarslaids.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s