Defender’s Quest, subtile mélange entre tower defense et jeu de rôle


Un deuxième volet de la série de jeux indépendants Defender’s Quest, disponible sous Window, Mac et Linux, est actuellement en développement. D’or et déjà en prévente, il est disponible pour quinze dollars, avec le premier opus offert. Les deux épisodes sont livrés avec une clé pour les activer sur Steam, et un lien pour les télécharger sans DRM, le jeu étant open-source. Les orfèvres de Level Up Labs vont s’offrir les services de Nobuo Uematsu, compositeur iconique des thèmes de Final Fantasy et de Karen Petrasko à qui l’on doit les graphismes des jeux de Wadjet Eye Games, talentueux studio de développement  de point-and-click. En attendant la suite, retour sur le premier volet.

Carte du monde

Azra est en train de mourir, une épidémie ravage toutes les contrées avoisinantes. On la jette dans un fossé. Zlak, un guerrier cabotin, plutôt rôdeur, un peu voleur, intervient alors avec l’intention de voler ses chaussures. Peine perdue, Azra se réveille, comme possédée par une voix intérieure qui tente de la contrôler. Elle résiste mais autour d’elle, les morts se relèvent. Zlak, qui finira l’aventure pieds nus, se joint à elle, et la première bataille s’engage. Face à cette nouvelle menace, ils rencontreront Ketta l’archère, Bakal le moine, Markos le chevalier, Wrenna le mage et Niru le dragon légendaire.

Une bataille

Defender’s Quest : Valley Of Forgotten est à la fois, un tower defense et un jeu de rôle, tandis que l’histoire est contée à la sauce Visual Novels. Une idée innovante, et très réussie. Il faut dire que Level Up Labs ne s’est pas contenté de faire évoluer les différentes unités de défenses comme il est l’usage dans le genre, l’aspect RPG est bien plus poussé qu’à l’accoutumé. Les unités présentes sur le terrain interviennent régulièrement comme protagonistes à part entière du scénario. Ces interventions ponctuent chaque combat. L’histoire est présentée à travers un enchaînement de scènes graphiques au style bande-dessinée, propre aux visual novels. Le style est simple, sans fioriture, mais c’est une bonne alternative. Avec un petit budget, les développeurs ont fait le bon choix : opter pour des graphismes de qualité plutôt que pour des cinématiques risquant d’être moins réussies. D’autant plus que le jeux est développé avec Adobe Air, et surpasse largement les limitations techniques de cette interface. Et puis, ce style convient tout à fait au ton du jeu, où l’humour est omniprésent (sans tomber dans la parodie). Cette volonté humoristique se retrouve jusque dans les succès Steam, certains consistant juste à trouver un menu, plus ou moins caché, du jeu.

L’écran du scénario

L’essentiel du jeux est néanmoins orienté vers le tower defense.Les batailles s’ouvrent sur une carte où Azra rentre en méditation. Elle ne peut se défendre qu’avec quelques pouvoirs qu’elle acquière au gré de ses aventures. Zelemir, le nécromancien à l’origine du mal, envoie ses sbires à travers des portails. À vous de disposer intelligemment vos unités pour contrer les assauts répétés des hordes de morts-vivants. Hordes au design assez recherché, incluant au-delà des traditionnels zombies et squelettes, des unités originales, telles des mains de pierre, où bien des escargots revenants. Chaque bataille dispose de quatre niveaux de difficulté pour tester vos facultés. Bien entendu, chaque degré inclut des récompenses différentes et croissantes. Chacune de vos unités dispose de choix beaucoup plus étayés que dans la moyenne des productions du genre. On peut choisir de s’attaquer à l’unité la plus puissante, la plus proche, la plus rapide, etc. Pour étayer l’aspect RPG, les développeurs ont inclus un arbre de compétence, et un système d’expérience. On ne se contente pas ici d’améliorer des tours, on organise une vraie stratégie en spécialisant nos unités. Elles apprennent des nouvelles techniques, ou bien les améliorent. Dans les villes libérées, on peut acheter des armes ou des armures pour les équiper. Tous ces aspects de jeux de rôles permettent de consolider notre adhésion à l’histoire. C’est la force de Defender’s Quest : Valley of the Forgotten. D’une certaine manière, on s’attache à chaque unité car elle devient unique, et nous suit pendant toute l’aventure. Seule la bande son, très efficace pendant les combats, a tendance à devenir lancinante sur la carte du monde.

Arbre des compétences

Defender’s Quest II : The Mists of Ruin sera une préquelle. D’après les développeurs, l’histoire sera amplifiée par la disparition des unités génériques, toutes étant représentées dans l’histoire, et agissant comme des héros. Ce ne sont pas moins de six nouvelles classes qui feront leur apparition. L’équipement deviendra customisable. D’un côté technique, si le jeux conservera la possibilité de tourner sur quasiment toutes les machines, des textures haute définition seront aussi disponibles. Pour en savoir plus sur le contexte, je vous propose de vous rendre sur le site officiel, si vous comprenez bien l’anglais, vous apprécierez le second degré omniprésent : http://www.defendersquest.com/2

Boeringer Rémy

Pour voir le trailer de Defender’s Quest II : The Mists of Ruin :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s