La guerre en Irak est-elle finie ?


Dans le collège où j’enseigne actuellement les Mathématiques, j’ai eu la chance de tomber sur un ancien de l’UEC (Union des Étudiants Communistes), organisation à laquelle j’ai moi même appartenu dans mes années d’étudiants. Aujourd’hui plus tourné vers le mouvement euro-septique (voir le livre d’Annie Lacroix-Riz, Aux origines du carcan européen), il continue ses combats à travers son site, « Que faire ? », en analysant le monde qui l’entoure.

(La guerre est finie !) Et pourtant…

Dans son ouvrage dont nous allons parler aujourd’hui il est question de la situation géopolitique du Moyen-Orient en général et de l’Irak en particulier, sujet toujours aussi brûlant avec la guerre menée contre l’État Islamique. Comme me l’a confié son auteur en me tendant le livre, « ça me parait une bonne introduction au bordel actuel ». Nous allons donc changer un peu le format pour cet article, une première pour Une graine dans un pot. Ayant l’auteur sous la main, je vais le laisser nous parler de son livre et le replacer dans le contexte actuel.

Une graine dans un pot : Je sais que tu as écris pas mal de bouquins, mais qu’est-ce qui t’as poussé à  te lancer dans une analyse géopolitique du Moyen-Orient ?

Denis Gorteau : L’actualité ! Depuis des décennies cette région polarise les tensions et les fantasmes de toutes sortes. Assez vite j’ai décidé de comprendre ce qui s’y passe. L’invasion de l’Irak en 2003 m’avait tellement choqué que mon intérêt en avait été renouvelé.

Une graine dans un pot : Dans ton livre, tu insistes sur les luttes confessionnelles, tribales, ethniques. Les questions économiques et sociales importent-elles si peu au Moyen-Orient ?

Denis Gorteau : Non, elles sont mêmes l’alpha et l’oméga des dynamiques de cette région (pétrole, propriété foncière…). Mais ces intérêts sont voilés ou même carrément travestis par le communautarisme érigé en système légal puis en factions armées aujourd’hui. Cette zone n’a pas connu la révolution français ou le libéralisme anglais qui ont mis l’individu propriétaire au centre des lois. De l’Occident ces pays n’ont connu que l’impérialisme et le « diviser pour régner ». Ainsi les guerres communautaires d’hier (Liban) ou actuelles (Syrie, Irak…) ont pour résultat une économie de pillage des vaincus. Comme dans l’Afrique des Grands lacs d’ailleurs où le paysage religieux est tout autre. Avant les guerres actuelles les régimes « progressistes » avaient certes nationalisé les richesses naturelles, mais pour les redistribuer de façon très politique et nullement citoyenne.

Une graine dans un pot : Et où en sommes-nous aujourd’hui ?

Denis Gorteau : La natalité relativement forte, la disparition de tous services publics émancipateurs (école républicaine…) et les ingérences extérieures ont poussé les communautés à s’affronter dans un cycle mutuellement destructeur. Avec la disparition de l’Etat comme cadre national et légal les réseaux tribalo-claniques se font la guerre comme en Europe au XV°s. Localement on se bat pour trafiquer le pétrole, la drogue, les armes, les esclaves. C’est une guerre civile classique doublée d’une guerre régionale entre pays de la zone (Arabie Saoudite versus l’Iran par exemple). Une stabilisation des fronts aura bien lieu. Mais quand ? Et pour quel avenir ?

Une graine dans un pot : En lisant ton livre, on a l’impression que les partis progressistes issus du mouvement de décolonisation ne sont que des façades veillant aux intérêts d’un clan. Pour toi l’idéal pan-arabique et socialiste d’un parti comme le Baas n’est qu’un trompe-l’œil ?

Denis Gorteau : A ses origines le Baas transnational (il existe ou existait des Baas dans tous les pays arabes) était le parti moderne le plus à même de développer la région. Mais comment avoir un parti et un Etat moderne dans des sociétés largement arriérées et soumises aux pressions extérieures ? Les aléas politiques ont vite fait émerger une figure de chef oriental avec son réseau familial. Saddam Hussein ou Hafez el Assad n’avaient que leurs fils comme héritiers politiques. Les « vrais » baasistes subirent le sort des communistes non staliniens dans les années 30… De plus, l’arabisme laissait de côté -par définition- les non arabophones, les Kurdes par exemple.

Une graine dans un pot : Peux-tu nous parler de tes projets pour l’avenir ? Un nouveau livre en préparation ?

Denis Gorteau : Motivé par les pays fonctionnant différemment des pays où on vit je travaille sur la Corée du Nord. Autre « enfer » dont le supermarché est notre paradis… Je pense que les sciences sociales sont les seules lunettes à même de nous faire comprendre les choses. Avant, éventuellement, de les changer.

Entretien réalisé par Thomas Waret.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s