Mission Impossible : Rogue Nation, toujours à la pointe de l’action


Mission impossible reste dans la mémoire des plus grands l’une des séries précurseuses des années soixante dans le domaine de l’espionnage et des gadgets surréalistes. Mythique pour sa musique d’introduction et sa formule légendaire (Votre mission, si toutefois vous l’acceptez…), le concept se devait de se réinventait, au fil des années, pour ne jamais perdre en haleine ses fidèles spectateurs. Que ce soit la série originale ou les films qui ont suivi, après plus de quarante ans d’existence, il est certain que le pari est on ne peut plus réussi. Les scènes d’actions périlleuses et l’intrigue palpitante sont toujours au rendez-vous pour notre plus grand plaisir. Détail qu’il ne faut pas négliger, compte tenu de l’incompétence des productions hollywoodiennes actuelles à mener leurs films d’actions sans retomber, sans cesse, dans les clichés des surhommes écervelés et des grands méchants aux accents de mafieux ruskov, d’officier S.S ou de barbu saoudien. Autant de prétextes nous ayant poussé à voir, au plus vite, le 5ème opus de Mission impossible. Si la réalisation des films n’a pas arrêté de changer depuis le premier volet mené par Brian De Palma, la présence de Tom Cruise, jouant le personnage d’Ethan Hunt, reste le fil conducteur de toutes les missions impossibles (mais manifestement réalisables) que l’agence IMF (Impossible mission force) a bien voulu lui confier.

Christopher McQuarrie, le réalisateur du film, concentre toute son énergie à nous présenter un Tom Cruise, encore vivace pour son âge, et résolu à nous en mettre plein la vue. Tout commence par une scène incroyable où l’agent Ethan Hunt, déterminé à dérober un gaz toxique, n’hésite pas à ridiculiser la force de gravité en s’agrippant à un avion en plein décollage, de quoi nous mettre directement dans le vif de l’action dès les premières minutes. Encore une mission impossible réussie avec brio pour l’agence IMF mais qui, malgré ses remarquables résultats attise la jalousie de la poussiéreuse CIA. Pendant un instant, le spectateur croit même assister à la fin de la célèbre agence secrète lorsque Alan Hunley, le directeur de la CIA, joué par Alex Baldwin (que l’on a vu dans Still Alice récemment) demande à la commission du gouvernement de la dissoudre définitivement. William Brandt (Jeremy Renner vu dans American Bluff, Secret d’état ou encore Avengers : l’ère d’Ultron), le responsable de l’IMF, annonce tristement à Ethan, que l’agence est démantelée et que la totalité de ses agents doivent être mutés au sein de la CIA. Ethan refuse radicalement cette mesure et décide de continuer sa route en solitaire. Il décide, à la place, de traquer une mystérieuse organisation criminelle, se faisant appelée « le Syndicat » qui, à la différence des ennemies passés semble venir de l’intérieur même du système. Parmi ses nombreux périples, Ethan fait la connaissance de llsa Faust (Rebecca Ferguson) une agente secret du gouvernement britannique, infiltrée au sein du Syndicat. Il sera difficile pour Ethan et le spectateur de desceller les véritables intentions de la jeune femme durant une grande partie de l’intrigue.

Ethan Hunt (Tom Cruise)

Six mois après la dissolution de l’IMF, la CIA est à la recherche d’Ethan afin de le faire comparaître devant ses tribunaux. La CIA charge même le meilleur ami d’Ethan, l’agent Benji Dunn (Simon Pegg à qui sa prestation dans Shaun of the dead colle à la peau) de le traquer via les réseaux informatiques, mais c’est sans compter sur les subterfuges d’Ethan qui va mener Benji tout droit à Vienne, lieu où il se trouve, pour lui confier une mission des plus périlleuses. Persuadé que le cerveau du Syndicat, Solomon Lane (Sean Harris vu dans Délivre-nous du mal) se trouve à l’opéra, les deux compères restent à l’affût du moindre mouvement suspect, mais le grand binoclard à l’allure glaciale reste introuvable… Fin stratège, il possède toujours trois coups d’avance sur Ethan et son équipe. Après de multiples périples, Ethan et Benji retrouve l’agent Faust au Maroc pour l’une des missions les plus surréalistes de l’histoire de mission impossible. Il s’agira de dérober un mystérieux fichier dans une usine ultra sécurisée dans un système hydraulique extrêmement ingénieux. Ethan frôlera même l’expérience de mort imminente pour arriver à ses fins. Le Syndicat, quant à lui, veut coûte que coûte le fichier dérobé, mais ce dernier semble impossible à pirater, seul le Premier Ministre britannique peut ouvrir le fichier. S’en suivra une découverte effarante pour le spectateur qui découvrira enfin l’origine et l’aspiration du Syndicat. Il ne restera plus qu’à Ethan d’affronter à la coutume le grand méchant dans une scène finale particulièrement réussie et jouissive pour le spectateur après une course poursuite de plus de deux heures.

Ilsa Faust (Rebecca Ferguson)

Si vous voulez voir un Tom Cruise au meilleure de sa forme, réalisant 100 % de ses cascades, tout en passant une excellente soirée devant un film à grand spectacle, courez voir le dernier Mission impossible qui sait allier suspense et humour burlesque en ne laissant aucun temps morts.

Riffault Caroline

Retrouvez ici la bande-annonce :

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s