L’âge de glace : Les lois de l’univers moque complotistes et créationnistes


L’âge de glace, en tant que franchise d’animation, a cela de particulier, qu’elle tient la route, avec les mêmes ingrédients, sans s’épuiser. Pourtant cinquième épisode de la saga, L’âge de glace : Les lois de l’univers de Mike Thurmeier et Galen T. Chu, reprend la même recette et réussit à nous faire rire comme à la première heure avec Scrat et ses amis dont les inénarrables aventures tordent le coup au créationnisme et aux théories du complot, les tournant discrètement au ridicule.

Cette fois-ci, Scrat (Chris Wedge) trouve une soucoupe volante en pourchassant son gland et se retrouve embarqué dans un voyage interstellaire dont les conséquences sont dramatiques pour les mammifères de la planète. En effet, il a dévié une immense astéroïde qui se dirige droit vers la Terre. Manny (Ray Romano/Gérard Lanvin que l’on a vu dans Angélique96 heures et Bon rétablissement !), Diego (Denis Leary que l’on a vu dans The Amazing Spider-Man : Le destin d’un héros/Vincent Cassel que l’on a vu dans La belle et la bête) et Sid (John Leguizamo que l’on a vu dans John Wick et American Ultra/Elie Semoun que l’on a vu dans Les trois frères : Le retourLes Francis et Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?), vont à nouveau faire équipe pour sauver leur tribu.

Scrat (Chris Wedge)

D’emblée, c’est un sketch en soi, comme une profession de foi, la première scène ouvre sur un Scratch toujours à la poursuite de son aliment préféré. La voix off nous indique que l’on ignore avec certitude comment les dinosaures ont bien pu disparaître de la surface de la Terre et que l’événement risque fort de recommencer. Flirtant avec les théories les plus loufoques des ufologues en herbe, Blue Sky Studios prête alors à l’infortuné rongeur la lourde responsabilité d’être à l’origine de la catastrophe à venir en l’embarquant à bord d’une soucoupe volante prise dans les glaces. Cette situation nouvelle et inconnu pour lui est l’occasion pour nous de mourir de rire face à ses nouveaux malheurs. Scrat apprendra malgré-lui les lois de l’univers comme la gravité et l’apesanteur… Malgré ce départ, c’est belle et bien, une théorie plus scientifique qui est mise à l’honneur avec la menace d’un anéantissement météoritique. Lucy de Luc Besson est d’ailleurs parodié plusieurs fois comme un parangon de métaphysique pour les nuls. En contrebas, tandis que Manny et Ellie (Queen Latifah/Armelle Gallaud entendue dans Zootopie) fêtent leur anniversaire de mariage, les premiers débris commencent à embraser le ciel. La panique est totale et les mammifères semblent presque renoncer à se battre.

Buck (Simon Pegg/Emmanuel Curtil)

C’est alors que Buck (Simon Pegg que l’on a vu dans Mission Impossible : Rogue Nation/Emmanuel Curtil), personnage phare du troisième épisode, pourchassé par trois vestiges volant de l’âge des dinosaures, réapparaît. Totalement timbré mais visionnaire, il comprend vite la situation et invite ses compagnons au voyage. C’est ainsi que l’équipée reprend la route, et que le scénario déroule les blagues habituelles des personnages toujours aussi haut en couleur. A ceux que l’on connaît déjà se rajoutera une communauté qui a tout du revival New Age hippie. Une sorte de gourou-lama, Shangri Lama (Jesse Tyler Ferguson) semble gérer cette assemblée. Il s’avère être un pleutre égoïste dont l’emprise sur les esprits va s’éteindre en même temps que l’illusion de son pouvoir. Comme on aime bien, chez Une Graine dans un Pot, que les dessins-animés proposent quelques pistes de réflexion aux minots, on notera l’histoire d’amour naissante entre Sid et Brooke (Jessie J/Carine Ribert), qui perdure malgré la dégradation physique de la bien-aimée, et montre que si l’amour est aveugle, il doit surtout être sans faille, pour le meilleur et pour le pire.

Sid (John Leguizamo/Elie Semoun) et Brook (Jessie J/Carine Ribert)

Se moquant allègrement des complots, des spiritualités New Age et du créationnisme, L’âge de glace : les lois de l’univers conserve surtout son irrésistible humour, gardant un équilibre parfait entre les personnages, tous aussi important les uns que les autres dans le récit, certes fort simple, mais transmettant des valeurs primordiales d’entraides, de solidarité et d’amitié. Que demande le peuple ?

Boeringer Rémy

Retrouvez ici la bande-annonce :

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s