Seven Sisters, le mythe de la surpopulation


162904

Quatre ans après Orphan Black, créée par Graeme Manson et John Fawcett et Cloud Atlas des Wachowski (suivis en ce début d’année par Split de Shyamalan), on ne peut pas dire que Seven Sisters de Tommy Wirkola, pour la forme, révolutionne le genre. Noomi Rapace ne livrant ici qu’une pâle copie de la performance scénique de Tatiana Maslany. Et ce n’est pas non plus le cas sur le fond dont Fortress de Stuart Gordon posait les bases, il y a déjà vingt-quatre ans, s’inspirant surtout de la politique de l’enfant unique mise en place en Chine populaire. Réadapter aux enjeux de notre époque tels que le réchauffement climatique, la critique se transforme néanmoins, et insidieusement, en manifeste contre la surpopulation. Cette notion de surpopulation étant très discutable, outil de la novlangue utile pour dénoncer la pénurie des ressources au lieu de pointer leur mauvaise répartition, décryptons une œuvre bien réactionnaire sous ses dehors de dystopie humaniste.

En 2073, la Terre est surpeuplée et la confédération terrienne décide de mettre en place une politique autoritaire imposant un enfant unique par couple, mise en place par Nicolette Cayman (Glenn Close que l’on a vu dans Les gardiens de la Galaxie), directrice du Bureau d’Allocation des Naissances. Terence Settman (Willem Dafoe que l’on a vu dans John Wick et dans The Grand Budapest Hotel) cache la naissance de ses petites-filles septuplées dont la mère est morte en couche. Pour leur permettre de vivre publiquement, il met en place une identité fictive unique : Karen Settman (Noomi Rapace).

100360

Karen Settman (Noomi Rapace)

Passons les (grosses) incohérences scénaristiques sans lesquelles Seven Sisters s’écroulerait sur lui-même pour n’importe quel esprit un tant soit peu cartésien, tels que la possibilité de cacher une consommation d’eau exubérante, dans un monde quasi-totalitaire où tout est informatisé. Passons également sur les scènes d’action assez grossières, parfois même capillotractées et ce travers assez courant de l’industrie hollywoodienne de faire revivre les morts. Il faut voir le personnage de Joe (Christian Rubeck) soufflé par une explosion dantesque, être indemne si ce n’est une égratignure l’instant d’après, pour s’en convaincre. D’un sujet fort intéressant, Wirkola vide l’essence et les nombreuses possibilités de réflexions en concentrant l’essentiel de son énergie à en faire un actionner bourrin et bas du front. En effet, pour la plus grande part, ce sont les scènes d’actions qui articulent le récit. Quelques flash-back tentent de diversifier les points de vues des protagonistes, de complexifier leur psychologie mais les ressorts sont attendus et archétypaux. Trop concentré sur son huit-clos, Seven Sisters oublie de dresser un décor plus général, ne nous fais pas plonger dans le monde dans lequel elles évoluent qui est à peine décrit au travers d’une journée de travail dans une banque tout ce qu’il y a de plus classique. De plus, on ne met jamais un pied dans les bas-fonds. C’est que pour justifier une politique antinataliste de type élitiste, il faut bien cacher le quotidien des gens, comme pour l’essentiel des mesures néolibérales.

099735

Karen Settman (Noomi Rapace)

C’est ce que fait Seven Sisters avec un certain brio. Par bien des aspects, les sept sœurs, élevées par un grand-père visiblement nanti, ont des comportements de petites filles gâtées. On est très loin d’un Fortress qui ciblait l’arbitraire, en condamnant un mari à la réclusion à perpétuité pour un deuxième enfant alors que le premier est mort en couche, plutôt que le concept en lui-même. Lorsque le film de Gordon dénonçait les dérives possibles, Seven Sisters semblent les justifier. Parfois, on regrette le manichéisme du film de genre ce ces années-là. Les choses étaient claires, limpides, tout à chacun savait ce que le réalisateur voulait pointer du doigt. Et paradoxalement, le message n’en était que plus frappant. Ainsi, dans Seven Sisters, le personnage de Cayman, fer de lance de la politique antinataliste est montré sous un jour plus qu’humain, rongé de culpabilité pour ses méthodes mais convaincus qu’elles sont nécessaires. Les pires saloperies sont faites sous couvert de cartésianisme scientifique, surtout en matière économique, mais le film ne le condamne pas. Elle est vraiment décrit comme une pauvre hère qui se salit les mains (et l’âme) parce que la société ne serait pas prête à le faire d’elle-même. La femme providentielle, jupitérienne, prend des allures de dictatrice à la romaine, porté par les évènements, victime en quelques sortes. Tandis que le combat des sœurs n’est jamais envisagé de manière globale, seulement appréhendé dans le cadre intime, on pourrait dire égoïste), celui de Cayman est montré comme un combat, certes incompris, mais d’intérêt commun. Nous sommes en plein dans la rhétorique libérale : faire miroiter aux citoyens la pleine possessions de leurs libertés individuels tout en exaltant un savoir dont seul les initiés, les experts autoproclamés auraient la clé, les privant par la-même de la conduite de la destinée de l’espèce. Les sœurs agissent pour leur survie, comme des animaux, tandis que Cayman se bat contre sa propre psyché, ce qui la place en supériorité morale et intellectuelle. Bien sur, pour un semblant de complexité, on nous dévoile, dans son discours, que son programme politique est aussi un programme de sélections bien ancrée dans la lutte des classes, puisqu’elle distingue les personnes financièrement à même d’avoir des enfants des autres… et que les promesses de renouveau sont galvaudés par un mensonge d’État d’envergure. Mais Seven Sisters laisse le dernier mot à la technocrate, par un discours moralisateur sur l’aveuglement des masses que rien ne viendra contredire. Au contraire, celui-ci est appuyé, assez lourdement, par une scène finale où les cris de bébés en maternité se muent en terribles capharnaüm inaudible, en cacophonie horrifique qui ne laisse plus aucun doute sur les intentions de l’auteur.

338991

Nicolette Cayman (Glenn Close)

Si l’on peut envisager que le contrôle des naissances soit un levier parmi d’autre, pourvu qu’il soit égalitaire, pour éviter la catastrophe à venir, il est malgré tout absolument nécessaire de lever l’imposture que tait Seven Sisters, prenant quoiqu’il arrive comme base que la pollution, les famines et autres conséquences de l’occupation humaine sont avant tout dû à la surpopulation… On nous rabâche chaque année que les ressources disponibles sont épuisés bien avant la le 31 décembre et que nous vivons à crédit, épuisant des ressources non renouvelables. C’est vrai. Mais la façon de le présenter est fondamentalement biaisés. Nous ne manquons pas de ressources, pas plus que nous sommes trop pour ce que nous offre la nature. Le problème n’est pas l’être humain en tant qu’espèce vivante condamnée à se nourrir pour survivre, comme toutes les autres, non, il réside d’une part dans la surproduction et d’autre part dans la mauvaise répartitions des richesses. Si l’on épuise la planète, ce n’est pas à cause de la surpopulation, c’est parce que le profit prend le pas sur les nécessités et le bien-être de l’humanité dans son entièreté. Culpabiliser l’opinion publique sur le simple fait d’exister est une tournure malsaine de politiques libérales détournant les regards du vrai problème, celui de l’Occident et des pays émergents gaspillant les ressources, au profit de quelques multinationales, plutôt que de mettre en place des règles de commerces internationales, des droits de douanes privilégiant l’agriculture vivrière et le local, permettant de faire vivre tout le monde. Nous ne sommes pas en surpopulation, les richesses sont mal réparties, confisquées aux plus faibles par des prédateurs financiers. Et il est probable qu’un jour pas si lointain, on viennent vous dire que vous, en tant que pauvre, n’avait pas conscience du poids que votre progéniture fait peser sur l’humanité, pendant que, dans les quartiers chics, les tournedos Rossini continueront d’être servi. C’est déjà cette rhétorique qui est à l’œuvre avec les différentes allocations et la sécurité sociale.

211022

Karen Settman (Clara Read) et Terence Settman (Willem Dafoe)

Seven Sisters, par son sujet, et ses ambitions en matière de réalisation et de jeux d’acteurs, promettait beaucoup mais nous a laissé sur notre faim. Pire, devant la charge édifiante contre une humanité qui serait égoïste, inconsciente au niveau individuel de ce qu’elle promet à l’espèce, nous avons ressenti un profond malaise. Car c’est toujours aux classes populaires que l’on propose le goût du sacrifice. Un sacrifice qui nous dépasse, semble nous dire Wirkola jusqu’à la dernière seconde du film. Quelques soient les circonvolutions de nos sentiments et de notre pensées, le verdict est sans appel, l’humanité va à sa perte par son individualité autolâtre. Une affirmation simpliste contre laquelle nous nous inscrivons en faux, une affirmation doctrinaire, permettant au système qui nous plonge dans la tourmente de se maintenir malgré tout, alors que ce sont tout nos rapport à la consommation et à la production qu’il faut revoir, qui sont des notions purement humaines et non nos rapports à la procréation, constituante essentiel de la vie. Il s’agirait dans la philosophie du film de se battre contre notre nature au lieu de modifier des institutions construites par nous-même. Seven Sisters met à l’honneur la coercition contre les masses au service de quelque uns, travestissant la réalité d’une terre mal exploitée par celle d’une terre trop exploitée. Une conception qui semble, malheureusement, avoir de beaux jours devant elle, même dans les cercles les plus progressiste…

Boeringer Rémy

Retrouvez ici la bande-annonce :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s