Horreur

The Witch, dans l’antre du puritanisme

The Witch, premier long-métrage de Robert Eggers offre une plongée saisissante et effroyable dans le puritanisme et les superstitions des premiers colons britannique de Nouvelle-Angleterre. Sur fond de légende locale, il remonte aux sources des premières chasses aux sorcières, revers honteux d’un mysticisme béât. (suite…)

Publicités

[Rétro] L’exorciste, métaphore du doute sacerdotal

En 1974, L’exorciste, réalisé par William Friedkin, tout juste auréolé du succès de French Connection, amorçait la sortie du cinéma de genre horrifique du ghetto où il croupissait. Plébiscité par la critique autant que le public, sujet de vif débat, c’est le film qu’il fallait avoir vu cette année-là. Au-delà de l’odeur de sulfure qui flottait sur les dialogues orduriers et son esthétique macabre, L’exorciste marqua surtout les esprits pour sa vision très sombre de la l’humanité, de sa foi en elle-même comme de sa foi en Dieu, démystifiée par la psychanalyse. Nous avons eu l’occasion de le revoir sur grand écran, en version longue. Une occasion rêvé de revenir sur ce chef d’œuvre dans nos lignes. (suite…)

[Rétro] [Direct-to-Vidéo] Baiser Macabre, l’antre de la folie

Longtemps dans l’ombre de son père, on peut dire que Lamberto en Bava avant de réaliser son premier film, Baiser macabre, en 1980. Sur un malentendu dont les versions divergent, il en est promu réalisateur en arrivant sur le plateau alors qu’il pensait être premier assistant. Comme tant d’autre film de genre devenue culte à l’époque des vidéoclubs, la réédition est parfois très tardive. C’est seulement avec la collaboration de Mad Movies qu’une édition DVD a pu voir le jour, en ce mois d’avril 2016. (suite…)

[Avant-première] [Direct-to-vidéo] Intruders, tel est pris qui croyait prendre !

Avec Intruders, Adam Schindler, nouveau venu sur la scène horrifique américaine, apporte une souffle rafraîchissant au genre du « home invasion ». Au-delà d’une réalisation très classique, il distille quelques idées scénaristiques qui auraient mérité mieux qu’une sortie en direct-to-vidéo. Ce premier coup réussi sortira le 20 avril 2016 chez Metropolitan Filmexport. (suite…)

[Direct-to-Vidéo] [Rétro] L’enfant-miroir, cauchemar éveillé et perte de l’innocence

Artiste protéiforme et méconnu, créateur de mondes oniriques où la qualité de la photographie dispute la palme aux scénarios captivants, Philip Ridley n’a pas eu la chance de connaître le retentissement qu’il mériterait dans l’Hexagone. A l’image de sa dernière œuvre, Heartless qui n’aurait pas connu le marché francophone sans le soutien du magazine Mad Movies, L’enfant-miroir, pourtant salué à Cannes en 1990, vient juste d’être édité chez Blaq Out (que vous pouvez retrouvez sur Facebook) et sortira le 17 novembre 2015. On y retrouve Viggo Mortensen dans l’un de ses tout premiers rôles. L’enfant-miroir restera surement, avec Martin de George A. Romero, l’un des films de vampires les plus insolites et captivants qu’il nous ait été donné de voir. (suite…)

[Direct-to-Vidéo] [Rétro] Qui l’a vue mourir ? La sérénissime rouge sang

Sorti directement en DVD chez The Ectasy Of Film, le 20 novembre 2015 et en bundle avec le magazine Mad Movies, Qui l’a vue mourir ? d’Aldo Lado, sorti en 1972, fait indéniablement partie de ces pièces méconnues du cinéma transalpin dont le travail d’éditeurs indépendants permet de partager enfin la saveur. Ce giallo a été sorti des affres de l’oublie pour le plus grand plaisir des amateurs du genre. Il se déploie à Venise, loin des clichés touristiques, dans la brume constante et dans les rues sales, donnant à voir les errements de l’aristocratie locale. George Lazenby, l’éphémère James Bond d’Au service secret de sa majesté y reprend du service, méconnaissable, dans le rôle d’un père aux abois voulant venger l’assassinat de sa fille. (suite…)

Crimson Peak, quand l’esthétique ne suffit plus à rehausser une narration banale…

Avec Crimson Peak, Guillermo del Toro revient à ses premiers amours, l’épouvante et le fantastique. Un retour attendu par les fans après un Pacific Rim, un brin trop kawaii si l’on ose dire, qui ne combla pas les attentes de tout le monde. Malheureusement, le réalisateur mexicain livre une œuvre au style victorien, dont l’influence à peine cachée est principalement celle de Mary Shelley, et qui, bien que magnifiquement mise en scène, se révèle somme toute assez banale. On est loin de inattendu qui nous avait émerveiller, fait rêver et inquiéter à l’époque du Labyrinthe de Pan. (suite…)

La volante ne nous a pas emmené bien haut…

Il y a des jours comme ça où, pour se venger du terrible moment de morosité que l’on a passé, on ne peut que se laisser aller à la vindicte la plus simple et aux jeux de mots les plus hasardeux. C’est ainsi qu’on vous le dis d’entrée, La volante, troisième collaboration de Christophe Ali et Nicolas Bonilauri ne vole pas très haut. Et même si cela faisait un bail que l’on avait plus vu Nathalie Baye sur grand écran, les retrouvailles furent glaciales. (suite…)

[Direct-to-vidéo] Thriller, violente plongée dans le système prostitueur

Thriller, film suédois de Bo Arne Vibenius, sortira en DVD le 18 août 2015. Grâce au magasine Mad Movies qui le sort en pack ce mois-ci, nous avons pu redécouvrir en avant-première cet ovni précurseur, sorti en 1974, deux ans après La dernière maison sur la gauche de Wes Craven, source avouée d’inspiration pour Quentin Tarantino lorsqu’il réalisa son diptyque Kill Bill. En version intégrale et non censuré, Thriller oscille entre drame social et film d’action, entre voyeurisme pornographique et dénonciation féministe. Un drôle de mélange pour un film devenu culte. (suite…)

[Direct-to-video] Jessabelle, l’éternel recommencement

Blumhouse Productions oscille, comme toujours, entre génie et médiocrité. Les producteurs du merveilleux et intense Whiplash sont aussi les piètres promoteurs de la saga Paranormal Activity. Avec Jessabelle de Kevin Greutert, sortie le 25 juin uniquement en vidéo, Metropolitan Films (que vous pouvez retrouvez sur Facebook) ne propose pas le best-of des films horrifiques de 2015. Loin s’en faut, le réalisateur de Saw 6 et Saw 3D livre une énième resucée des mêmes thèmes sans apportez de sang neuf à un genre qui en a bien besoin. (suite…)