Economie

La malfaçon : de la monnaie et de la souveraineté populaire.

Avec La Malfaçon, Frédéric Lordon, économiste et directeur de recherche au CNRS, analyse et donne une autre approche de la crise de la dette de la zone euro.
Vu comme ça, on se dit une nouvelle analyse, technique, reposant sur la théorie économique dominante. Non ! Il ne faut pas s’attendre à du Jacques Attali ou à du Michel Godet, c’est avant tout un livre décrivant des principes politiques et philosophiques, replaçant l’économie dans le champ des sciences humaines d’où quelques technocrates et autre lobbyistes veulent l’extraire pour en faire une science exacte. En effet, sans aucun doute, on discerne le goût de l’auteur pour Spinoza et sa pensée. Les envolées lyriques, qui démontre la vraie dextérité de l’auteur dans l’art de l’écriture, sont aussi légions, un peu trop d’ailleurs, ce qui en fait, de fait, un ouvrage à certain moment difficile à comprendre par un non initié. En tant que matheux je peux dire que certains passages ont nécessité plusieurs lectures. Mais cela a aussi l’avantage, passé le stade des difficultés de compréhension, de ne pas en faire un ouvrage rébarbatif et technique, on a parfois l’impression d’une véritable pièce de théâtre. (suite…)