Aksel Hennie

Seul sur Mars, survivre par le rire

Ridley Scott est un réalisateur qui a pour lui d’avoir bercé toute une génération. Impossible de compter tous les succès d’estime qui se sont transformés instantanément en succès de box-office. Les aficionados de film de science-fiction et de film noir reconnaissent en cet homme, l’un de leur parrain, et se rappelle ému des premières fois où ils ont pu voir Alien, le huitième passager ou Blade Runner, Thelma et Louise ou Hannibal. Pour certain, dont nous sommes, les années 2000 ont été celle du divorce avec les assommants péplums Gladiator et Kingdom of Heaven. Reste que pour clore cette période, Ridley nous a offert un puissant et magnifique Exodus : Gods And Kings dont la réflexion à plusieurs niveaux le différenciait des précédents cités en lui donnant un aspect science-fictionel prégnant. Cette année, le maître revient avec Seul sur Mars, un feel good movie spatial, inattendu mais rafraîchissant.
(suite…)

Publicités

Hercule au Panthéon des nanars

Ayant grandi avec les cassettes de Combat de maître, de La hyène intrépide ou du Marin des mers de Chine, nous somme nombreux à en vouloir à Brett Ratner d’avoir perverti Jackie Chan avec la série des Rush Hour, ce dernier abandonnant l’humour cocasse et les acrobaties incroyables de ses films Hong-kongais pour un humour américain bas du front, un sens de l’action et des chorégraphies passés à la moulinette. Oui, Brett Ratner nous a laissé orphelins. Difficile d’accepter, que malgré d’énorme scories, Hercule, à défaut de nous avoir passionné ait été un bon divertissement. (suite…)