Alice Isaaz

Elle : Verhoeven, pervers pas si pèpère

Elle, dernière forfaiture de Paul Verhoeven aura fait, encore une fois, débat chez les cinéphiles et œuvre de répulsion chez les bien-pensants. Si pour beaucoup, l’ambivalence morale de son œuvre peut paraître choquante, chez Une graine dans un Pot, on lui reprocherait presque de s’endormir sur ses lauriers. Drame psychologique agissant comme une encyclopédie de clichés bien exploités, Elle finit par se mordre la queue, anesthésiant son propos par un dénouement sans envergure.
(suite…)

Publicités

[Avant-première] En mai fais ce qu’il te plaît, de la fraternité sous les bombes

Ce dimanche 11 octobre 2015, nous avons eu la chance de pouvoir assister à l’avant-première de En mai fais ce qu’il te plaît, dernier long-métrage de Christian Carion, l’auteur de Joyeux Noël. Après la guerre des tranchés, la meurtrière et fratricide première guerre mondiale, le réalisateur et scénariste s’attaque à la seconde guerre mondiale du côté civil en suivant l’exode éprouvant des populations françaises pendant la défaite française de 1940. (suite…)

Fiston, Dubosc à la croisée des chemins

Quatre ans après le lourdingue Le mac, Pascal Bourdiaux réalise Fiston, une comédie moins grandiloquente, plus mature. On ne s’attendait pas à sortir satisfait de la salle, les rôles principaux ayant été attribué à Kev Adams et Franck Dubosc. Mais l’on aime bien, chez Une Graine dans un Pot, que l’on ébranle nos certitudes. Fiston est un film hybride, entre comédie et romance, où Pascal Bourdiaux a pris soin, cette fois-ci, de ne pas nous inonder d’humour facile. Et réussi même à découvrir un certain talent chez Dubosc dans un rôle plus sérieux qu’à l’accoutumé.

(suite…)

[Avant-Première] La crème de la crème, apologie nauséabonde du proxénétisme

La fine fleur de l’élite étudiante niçoise se pressait hier soir à l’avant-première de La crème de la crème de Kim Chapiron, qui sortira le 2 avril 2014. Une salle caricaturale pour un film qui sonne comme un affront à tous ceux qui, issus des classes populaires, n’ont pas eu la chance de poursuivre des études, ou bien, l’on fait avec difficulté. La salle acquise, qui suivra l’équipe du film en boite après la projection, est composée en majeure partie de membres de BDE, ces associations étudiantes pour gosse de riches, pâles imitations des confréries américaines. Malaise. (suite…)