Ana Girardot

Un homme idéal, un thriller loin d’être parfait

Un homme idéal de Yann Gozlan est loin d’être le thriller parfait. La lenteur n’est pas son seul problème, le scénario enfonçant des portes ouvertes, laissant l’impression que celui-ci devrait avoir trouvé sa fin au premier tiers du long-métrage. Ana Girardot, si émouvante dans La prochaine fois je viserais le cœur et incandescente dans Paradise Lost, est ici presque transparente tandis que Pierre Niney surjoue, donnant l’impression qu’il pose constamment pour une séance photo. (suite…)

Paradise Lost, fresque tragique d’un amour au temps des Cartels

Réalisant son premier film, qu’il scénarise également, l’acteur italien Andrea Di Stefano utilise une histoire d’amour comme filtre pour expliquer la violence des cartels et de l’État colombien. Porté par le jeune Josh Hutcherson (que l’on a vu dans Hunger Games 2 : L’embrasement), Benicio del Toro qui incarne le tristement célèbre Pablo Escobar et Claudia Traisac (bluffante, venue de la télé espagnole), Paradise Lost touche au cœur du drame colombien. Qui d’autre qu’un réalisateur italien était plus à même de parler de la violation de l’intimité par les systèmes mafieux? (suite…)

[Avant-première] La prochaine fois je viserai le coeur : Anger met dans le mille

Le mercredi 8 octobre, nous étions présent à l’avant-première niçoise de La prochaine fois je viserais le cœur, en présence de Guillaume Canet et Cédric Anger, le réalisateur. Les deux hommes ont tenu un débat avec les spectateurs presque une heure, chose très rare pour être notée, dans une ambiance conviviale malgré la salle pleine à craquer. Sur sa lancée, Anger continue à étoffer sa filmographie policière. Le scénariste-réalisateur livre un polar sombre à la réalisation classique et soignée. Le film est inspiré d’une enquête policière ayant fait grand bruit en 1979, celle du tueur de l’Oise. C’est le deuxième rôle de tueur pour Canet cette année, après L’homme qu’on aimait trop.

(suite…)