Anaïs Demoustier

Caprice, la beauté troublante de Cupidon

Caprice est le huitième film du réalisateur Emmanuel Mouret dont on avait malheureusement jusqu’ici, jamais entendu parlé. Nous battons notre coulpe devant cette grossière erreur tant ce long-métrage tendre, profondément sensible et fort bien écrit, nous donne envie de découvrir le reste de sa filmographie. Revenons sur cette agréable surprise sans tarder de peur d’en perdre la délicate saveur.
(suite…)

Publicités

A trois on y va, à deux pas d’une émotion

A trois on y va explore trois visions de l’Amour à travers les passions amoureuses d’un couple à triangle amoureux qui s’ignore. Porté par la jeune garde française, le dernier film de Jérôme Bonnell réussit à offrir quelques rires sincères sans toutefois dégagé une émotion sincère. (suite…)

Une nouvelle amie dynamite les stéréotypes de genre

Après une incursion voyeuriste réussie Dans la maison, thriller domestique porté par Fabrice Luchini, puis une autre, nauséeuse, dans l’univers de la prostitution étudiante avec Jeune et jolie, François Ozon continue à jouer la carte de la provocation dans son dernier film Une nouvelle amie. Remarquablement interprété par Romain Duris (que l’on avait chroniqué dans Casse-tête chinois et Anaïs Demoustier (que l’on a vu dernièrement Au fil d’Ariane chez Guédiguian) , le dernier film de François Ozon dérange à nouveau par sa mise en scène chirurgicale. (suite…)

La ritournelle, éloge de la tendresse

Le quatrième long métrage de Marc Fitoussi, La ritournelle, invite Isabelle Huppert et Jean-Pierre Darroussin (que l’on retrouvera le 18 Juin dans Au fil d’Ariane) sur le même plateau. Les deux acteurs se retrouvent pour une comédie sentimentale bucolique dans le pays de Caux. (suite…)

[Avant-Première] Au fil d’Ariane, Guédiguian s’efface au profit de ses inspirateurs

Enthousiaste, je suis allé à l’avant-première niçoise du dernier film de Robert Guédiguian, organisée par l’association A.D.N. (http://ademonice.free.fr/). C’est-à-dire que je considère Guédiguian comme l’un des meilleurs réalisateurs de notre temps, certainement celui qui met le mieux en lumière tout ce qu’il y a de beauté en l’Humanité. Il n’y a aucune de ses réalisations qui n’ait pas réussi à me tirer des larmes. À l’exception d’Au fil d’Ariane, qui sortira en salle le 18 Juin 2014. C’est pourquoi je me permets ce préambule, pour vous dire, de vous jeter sans aucune hésitation, corps et âme, dans la filmographie de ce grand monsieur, pour qui l’idée commune n’est pas morte, et qui continue trente-deux ans après ses débuts à faire vivre le rêve avec la même troupe. Gérard Meylan, comparse depuis l’origine, était présent pour partager ses impressions sur le film.

(suite…)