André Téchiné

Quand on a 17 ans, on est trop sérieux

Quand on a 17 ans, on est trop sérieux, contrairement à ce qu’a dit le poète. Le dernier film d’André Téchiné explore les désirs tus et les sentiments refoulés de deux jeunes lycéens. Toujours intimiste, presque personnel, son cinéma dépeint des drames sourds qui s’épanouissent à l’ombre d’une morale d’un autre temps qui garde son emprise sur les corps et les esprits.
(suite…)

[Direct-to-Vidéo] Et maintenant ? Il faut tenter de vivre !

La société que nous avons construit fonctionne principalement sur le court terme. De façon erronée et malgré les désastres que cela amènent. En tant qu’espèce, nous pourrions raisonner sur le long terme et assurer à nos enfants un avenir plus radieux. Mais qu’en est-il de nous en tant qu’individualité ? Qu’en est-il de nous quand la maladie nous ramène à ce que nous sommes fondamentalement : une source éphémère de vie, périssable et bientôt pourrissante. Et maintenant ?, sachant cela, que faire ? Quel sens donner à sa vie ? Voilà la question que se pose Joaquim Pinto dans ce documentaire autobiographique où il fait le point sur l’avancement de sa thérapie contre l’Hépatite C et le VIH ainsi que sur les questions que celle-ci soulève. Sorti directement en DVD, le 23 juin, Et maintenant ?, édité par Épicentre Films, fait l’effet d’un ovni parmi les documentaires en 2015 par son aspect égocentrique qui ouvre pourtant à la réflexion. (suite…)

[Avant-première] L’homme qu’on aimait trop, le bourreau et la malheureuse

À Nice, ce mardi 15 Juillet était diffusé en avant-première, quelques heures avant la sortie nationale, le dernier film d’André Téchiné, L’homme qu’on aimait trop. Cette biographie partielle de Maurice Agnelet et Agnès Le Roux retrace l’histoire de leur rencontre et les circonstances troubles de la disparition de l’héritière du Palais de la Méditerranée. Téchiné réussit un instantané au plus proche malgré la complexité de l’affaire. Ni à charge ni à décharge, L’homme qu’on aimait trop, évite de tomber dans l’interprétation exagérée, malgré un inévitable aspect romancé et Téchiné livre un exercice réussi en traitant d’un fait divers macabre sans tomber dans le sordide. Tout le contraire d’Arcady.

(suite…)