David Cronenberg

Warcraft – Le commencement : un monde en perdition semblable au nôtre

Warcraft – Le commencement de Duncan Jones, supervisé par Blizzard Entertainment, le studio mythique à l’origine des sagas Warcraft, Starcraft et Diablo, est imprégné de nombreux petits défauts, mais révélera sûrement à ceux qui en doutaient encore le fil très tenu qui lie intimement la création vidéo-ludique à la narration cinématographique, depuis le tout début.
(suite…)

Publicités

Hunger Games : La révolte (Partie 1), ressentir l’injustice au plus profond de son coeur

Nous n’allons pas cacher notre joie, chez la Graine, on attendait avec impatience la sortie d’Hunger Games : La révolte (Partie 1) de Francis Lawrence. Parce que Jennifer Lawrence a prouvé qu’elle était une grande actrice chez David O. Russell (Happiness Therapy et American Bluff) et a porté haut les germes d’une révolte salutaire dans Hunger Games : L’embrasement. Parce que Josh Hutcherson nous a bluffé dans Paradise Lost. Parce qu’Hunger Games est très loin de se limiter à une pauvre saga pour adolescent type Twilight et se distingue de plus en plus comme une véritable critique pas si dystopique que ça de notre propre monde. Après avoir mis une claque impérieuse et nécessaire à la société du spectacle, à l’immonde télé-réalité, à la marchandisation des corps (voir la critique du deuxième épisode), la série se tourne maintenant vers l’affrontement fatal. Après avoir posé les failles du système et son inhumanité, il s’agit de le combattre. Bienvenue au district 13. (suite…)

Maps to the stars, un requiem pour les étoiles

Avec Maps to the stars, David Cronenberg revient à son meilleur après Cosmopolis qui péchait un peu par sa lenteur exaspérante. Sa dernière création mélange brillamment thriller et drame avec un brin de fantastique. Cronenberg revient ainsi à ses premiers amours, et ne néglige pas, comme dans l’ensemble de sa filmographie, une certaine critique sociétale. Pour réussir son pari, il s’entoure de Robert Pattinson, qui arrive à nous faire oublier qu’il fut la star de Twilight, pour leur seconde collaboration, de Julianne Moore, récompensée par le prix d’interprétation féminine cette année à Cannes, et de Mia Wasikowska (révélée dans le Alice au pays des merveilles de Tim Burton), qui aurait sans doute mérité davantage cette reconnaissance. Mais on le sait, Cannes est frileux. (suite…)