David Robert Mitchell

Projet Almanac, nauséeux « found footage » !

Avec Project Almanac, Dean Israelite réalise un premier film qui ne restera pas dans les annales. Tournée en « found footage », Project Almanac nous rappelle que cette technique de réalisation ne doit pas signifier que l’on tient sa caméra avec ses pieds.
(suite…)

Publicités

It follows, schizophrénie sexiste du genre horrifique

Le deuxième film de David Robert Mitchell, It follows remplis les salles se targuant sur son affiche d’être prenant et angoissant, ultra flippant, magnifiquement inventif et sublime. Une abondance de superlatifs qu’il convient de nuancer malgré une réalisation soignée et respectueuse de son héritage carpentien. Le film est aussi vilipendé, d’un côté par la presse bourgeois-bohème, l’Obs en tête , qui y voit une propagande pro-abstinence culpabilisante et d’un autre côté par certains militant féministe telle Diglee. Si la première analyse est totalement à côté de la plaque, celle de Diglee soulève un problème intéressant, le corps de la femme en tant qu’argument de vente. Toutefois, l’une comme l’autre passe à côté d’un aspect important de l’œuvre : Détroit et sa classe-moyenne. (suite…)