Dwayne Johnson

San Andreas, la faille du conformisme hollywoodien

Il y a, dans l’imaginaire collectif ce que l’on appelle « le film américain ». Némésis du « film français » auteurisant et philosophique, il incarne ce que l’on aime mépriser le plus chez ces gens d’outre-atlantique. San Andreas est un véritable stéréotype du genre. Traîné par Dwayne Johnson (navrant dans Fast and Furious 7 mais tout à fait drôle dans Hercule), le dernier film de Brad Peyton déroule un scénario sans surprise dont le brainstorming a du se limiter à tirer les événements dans un chapeau.
(suite…)

Hercule au Panthéon des nanars

Ayant grandi avec les cassettes de Combat de maître, de La hyène intrépide ou du Marin des mers de Chine, nous somme nombreux à en vouloir à Brett Ratner d’avoir perverti Jackie Chan avec la série des Rush Hour, ce dernier abandonnant l’humour cocasse et les acrobaties incroyables de ses films Hong-kongais pour un humour américain bas du front, un sens de l’action et des chorégraphies passés à la moulinette. Oui, Brett Ratner nous a laissé orphelins. Difficile d’accepter, que malgré d’énorme scories, Hercule, à défaut de nous avoir passionné ait été un bon divertissement. (suite…)