Ernesto Che Guevara

Hunger Games – La révolte (Partie 2), conserver une vigilance citoyenne

Après avoir encouragé la solidarité, mis en exergue la manipulation médiatique puis exalter les sentiments révolutionnaires, sans jamais oublié d’en saisir les ambiguïtés, la saga Hunger Games a livré son dernier volet, à nouveau réalisé par Francis Lawrence. A l’origine pastiche de Battle Royale, la série a su se doter d’une véritable identité et d’un sous-texte politique très prégnant. Au contraire de Divergente, la tétralogie Hunger Games ne prends pas ses spectateurs, même adolescent, pour des idiots, sachant allier réflexion et grand spectacle. Hunger Games – La révolte (Partie 2) s’applique à rendre la révolution au peuple, seul en mesure de la mener à terme, de contrôler les chemins qu’elle emprunte, la laissant hors des sentiers de la guerre et de la dictature. (suite…)

[Avant-première] Le labyrinthe : La terre brûlée… cramée même !

Après Le Labyrinthe, sorti en 2014, et qui n’aura pu séduire que des adolescents novices en science-fiction, Wes Ball récidive avec Le Labyrinthe : La terre brûlée. L’intrigue usée jusqu’à la corde rend difficilement hommage à des thèmes que la réalisation formelle, sans aucune audace, ne réussit pas à renouveler. Toutefois, lorsque l’on voit le succès de franchises aussi réactionnaire que Divergente, c’est un moindre mal. Mais nous sommes encore loin de la virtuosité de la saga Hunger Games (que l’on a chroniqué à deux reprises pour L’embrasement et La révolte – Partie 1), elle-même inspirée par la mythique Battle Royale.
(suite…)