George Clooney

[Direct-to-Vidéo] [Rétro] La galaxie de la terreur, ridicule cosmique !

Nous revenons régulièrement dans nos lignes sur la carrière de Roger Corman, producteur prolifique de série Z, qui a marqué tout une époque de cinéphile adepte de vidéoclub et qui a permis à un grand nombre de petites mains du cinéma fantastique de se faire un nom en lançant leur carrière. C’est le cas de James Cameron, qui sur le tournage de La galaxie de la terreur de Bruce D. Clark, sorti directement en vidéo, le 20 mars 2016, soit trente-cinq après sa sortie en salle, à l’initiative de Mad Movies et de Bach Films, a rencontré Bill Paxton qui deviendra l’un de ses collaborateurs les plus proches. Cinq ans plus tard, en 1986, il signera Alien, le retour.
(suite…)

Publicités

A la poursuite de demain, le futur ne nous attends pas…

Brad Bird a fait une percée remarquée dans le monde de l’animation avec des films qui sont devenus autant de classiques : Le géant de fer, Les indestructibles ou encore Ratatouille. Puis il y a eu Mission Impossible : Protocole fantôme, une licence qui s’enfonce de plus en plus dans le grand spectacle pyrotechnique et oublie ses racines plus subtiles. Bird continue sa reconversion dans le film live pour A la poursuite de demain, une dystopie camouflée sous une utopie avec, comme ingrédient caché, une propagande réactionnaire bien distillée.
(suite…)

Monuments Men, insipide chasse au trésor

George Clooney multiplie les casquettes pour sa cinquième réalisation, Monuments Men. Il y est également scénariste et acteur principale. Il embauche une distribution pléthorique de stars : Matt Damon, Cate Blanchett, John Goodman, Bill Murray et Jean Dujardin. Un quintet de choc qui ne suffit pas à sauver le film de sa platitude. Clooney aurait peut-être dû déléguer davantage. (suite…)

Gravity, pesanteur stratosphérique

Il y a dans Gravity, le dernier film d’Alfonso Cuaron, une gravité certaine… et un sens important du spectacle. N’importe qui ayant un jour foulait du pied les allées du Futuroscope à Jaunay-Clan, de la Cité des Sciences à Paris ou bien d’une fête foraine locale proposant comme attraction la fameuse navette spatiale diffusant des films 3D aura une légère impression de déjà-vu à la diffusion du film. Mais dans ces attractions, les séances sont courtes, et c’est là que Cuaron réussit son pari, il n’y a aucunes longueurs, la narration est limpide, le scénario est simple mais captivant. (suite…)