Ian McShane

John Wick, justicier torturé et imaginaire comics

Chad Stahelski, l’un des principaux cascadeurs ayant remplacé Keanu Reeves (notamment dans Point Break et Matrix Reloaded), s’associe à David Leitch, également voltigeur, pour coréaliser leur premier film, John Wick. En vertu de leur amitié de longue date, l’acteur canadien était une évidence pour incarner cet ancien malfrat repenti que la vengeance remet sur les rails. Loin d’être une mauvaise surprise, John Wick sentait bon le nanar et ne déçoit que sur cet unique point. C’est en réalité une sacré bonne série B à la réalisation soignée et à la photographie léchée en teinte de gris bleutés. Pour couronner le tout, on y retrouve une belle brochette d’acteur que l’on prendra plaisir à reconnaître, issus de série aussi culte que The Wire (Lance Reddick) ou Game of Thrones (Alfie Allen). (suite…)

Hercule au Panthéon des nanars

Ayant grandi avec les cassettes de Combat de maître, de La hyène intrépide ou du Marin des mers de Chine, nous somme nombreux à en vouloir à Brett Ratner d’avoir perverti Jackie Chan avec la série des Rush Hour, ce dernier abandonnant l’humour cocasse et les acrobaties incroyables de ses films Hong-kongais pour un humour américain bas du front, un sens de l’action et des chorégraphies passés à la moulinette. Oui, Brett Ratner nous a laissé orphelins. Difficile d’accepter, que malgré d’énorme scories, Hercule, à défaut de nous avoir passionné ait été un bon divertissement. (suite…)