Ioan Gruffudd

San Andreas, la faille du conformisme hollywoodien

Il y a, dans l’imaginaire collectif ce que l’on appelle « le film américain ». Némésis du « film français » auteurisant et philosophique, il incarne ce que l’on aime mépriser le plus chez ces gens d’outre-atlantique. San Andreas est un véritable stéréotype du genre. Traîné par Dwayne Johnson (navrant dans Fast and Furious 7 mais tout à fait drôle dans Hercule), le dernier film de Brad Peyton déroule un scénario sans surprise dont le brainstorming a du se limiter à tirer les événements dans un chapeau.
(suite…)