Luc Besson

Hitman : Agent 47, une bonne séance de ciné pop-corn

Bien sur, le dernier film de la franchise Hitman, inspiré par le jeux-vidéo éponyme d’IO Interactive, suscite de nombreuse critique quant à sa fidélité. C’est oublié qu’après le premier épisode, la saga s’est orientée vers l’action en délaissant l’infiltration. C’est, deuxièmement, cédé à la bête tradition de juger un film en rapport avec ce qu’il adapte uniquement. Alors que porter un roman ou un jeu sur grand écran devrait être considéré comme une réinvention portée par un réalisateur et son équipe. De la même manière, les films Resident Evil sont régulièrement descendus par la presse et les puristes alors qu’ils sont globalement de très bon moment de divertissement. Ce qui est le cas de ce Hitman : Agent 47 dont Aleksander Bach livre une vision rythmée et soignée. (suite…)

Publicités

[Avant-Première] Taken 3, Neeson aux abonnés absents

Nous avons pu assister, quelques heures avant sa sortie, à l’avant-première de Taken 3, réalisé comme le deuxième volet par Olivier Megaton, le réalisateur au nom de Transformer et produit par Luc Besson. La saga, déjà pas fameuse, qui a enterré un temps, Liam Neeson dans des réalisations moyenne (Ballade entre les tombes signait son retour), s’essouffle définitivement avec ce dernier opus. Il ne suffit pas de se donner un nom qui claque pour réaliser des bombes cinématographiques… (suite…)

[Rétro] Léon, le tueur qui nous voulait du bien

Un peu déçu par Lucy, efficace mais vide, nous avions oublié comment Luc Besson avait construit notre imaginaire cinéphile. En 1995, à la sortie de Léon, beaucoup de notre génération ne l’ont pas vu sur grand écran, mais avait pu le visionner sur VHS, souvent piratée. Par ses scènes violemment rythmées, son histoire d’amour borderline, sa morale équivoque, Léon nous a inconsciemment marqué. Toutes proportions gardées, Luc Besson, c’est un peu notre Tarantino frenchie. Nul autre que lui ne sait mieux réinterpréter à sa sauce les codes du cinéma de genre et réussir à multiplier les références sans s’enliser. Ce mardi 25 Novembre, Léon bénéficiait d’une ressortie en salle dans les réseaux des cinémas Pathé. (suite…)

Lucy, la métaphysique pour les nuls

Luc Besson, prolifique réalisateur français, parmi les plus Américains de l’hexagone, réalise cette année son seizième long-métrage, Lucy. À la suite de Nikita, du Cinquième élément, de Jeanne d’Arc, et plus récemment de The Lady, Luc Besson met à nouveau au cœur de sa création, une femme forte à la tendance sacrificielle. Lucy est un condensé de ce qui rend Besson à la fois génial et abscons, ne laissant jamais ni le spectateur ni les critiques indifférents.

(suite…)