Mia Wasikowska

Alice de l’autre côté du miroir : des merveilles si convenues

Le premier épisode d’Alice au Pays des Merveilles, réalisé par Tim Burton, nous avait laissé de glace, lorgnant bien trop vers un Seigneur des Anneaux revisité par Jeanne d’Arc. Alice de l’autre côté du miroir de James Bobin, bien moins grandiloquent, perd cet aspect baroque pour revenir à une imagerie plus proche de l’oeuvre originale. Mais l’un comme l’autre ont totalement travesti et le sens et l’esprit enfantin de Lewis Carroll et peinent à nous émerveiller tout autant. (suite…)

Crimson Peak, quand l’esthétique ne suffit plus à rehausser une narration banale…

Avec Crimson Peak, Guillermo del Toro revient à ses premiers amours, l’épouvante et le fantastique. Un retour attendu par les fans après un Pacific Rim, un brin trop kawaii si l’on ose dire, qui ne combla pas les attentes de tout le monde. Malheureusement, le réalisateur mexicain livre une œuvre au style victorien, dont l’influence à peine cachée est principalement celle de Mary Shelley, et qui, bien que magnifiquement mise en scène, se révèle somme toute assez banale. On est loin de inattendu qui nous avait émerveiller, fait rêver et inquiéter à l’époque du Labyrinthe de Pan. (suite…)

Maps to the stars, un requiem pour les étoiles

Avec Maps to the stars, David Cronenberg revient à son meilleur après Cosmopolis qui péchait un peu par sa lenteur exaspérante. Sa dernière création mélange brillamment thriller et drame avec un brin de fantastique. Cronenberg revient ainsi à ses premiers amours, et ne néglige pas, comme dans l’ensemble de sa filmographie, une certaine critique sociétale. Pour réussir son pari, il s’entoure de Robert Pattinson, qui arrive à nous faire oublier qu’il fut la star de Twilight, pour leur seconde collaboration, de Julianne Moore, récompensée par le prix d’interprétation féminine cette année à Cannes, et de Mia Wasikowska (révélée dans le Alice au pays des merveilles de Tim Burton), qui aurait sans doute mérité davantage cette reconnaissance. Mais on le sait, Cannes est frileux. (suite…)