Morgan Freeman

[Direct-to-Vidéo] Ruth & Alex, regard équilibré de deux vieux amants sur une société déséquilibrée

Essentiellement réalisateur pour la télévision, Richard Loncraine signe avec Ruth & Alex, une petite comédie romantique non dénuée de charme, taillée pour le marché de la vidéo. Avec un tel casting, Diane Keaton et Morgan Freeman comme héros du quotidien, on pouvait s’attendre à un résultat à la hauteur. Les frimousses sur la jaquette du DVD, sorti le 14 octobre 2015 chez Factoris Film, sont rehaussés de leur fait de gloire oscarisés, une pratique commerciale que l’on condamne ouvertement comme une tromperie sur la marchandise car ce n’est pas pour ce film qu’ils ont été récompensé. S’il n’est pas l’une des plus belles romances que l’on ait vu, le film est une agréable tranche de vie à partager. (suite…)

Publicités

Lucy, la métaphysique pour les nuls

Luc Besson, prolifique réalisateur français, parmi les plus Américains de l’hexagone, réalise cette année son seizième long-métrage, Lucy. À la suite de Nikita, du Cinquième élément, de Jeanne d’Arc, et plus récemment de The Lady, Luc Besson met à nouveau au cœur de sa création, une femme forte à la tendance sacrificielle. Lucy est un condensé de ce qui rend Besson à la fois génial et abscons, ne laissant jamais ni le spectateur ni les critiques indifférents.

(suite…)

Transcendance : « Je crains le jour où la technologie remplacera les interactions humaines » (Einstein)

Avec Transcendance, Wally Pfister réalise son premier film après avoir collaboré notamment, avec Christopher Nolan dans sa trilogie Batman ou dans Inception. Il est ici question du développement de la science et plus particulièrement du développement de l’intelligence artificielle. Pour faire court, un brillant scientifique, Will Caster (Johnny Depp), mène des recherches en vue de créer la première intelligence artificielle, un programme informatique, nommé PINN, qui aurait, en plus d’une capacité de réflexion infinie, une conscience de soi. Suite à un attentat perpétré par un groupe anti-IA mené par Bree (Kate Mara, que l’on retrouve aussi dans House of Cards), il est condamné à mourir de ses blessures. Sa femme, Evelyn (Rebecca Hall), qui refuse de le perdre, pense pouvoir le sauver en téléchargeant sa mémoire dans un ordinateur. Bien sûr l’opération réussie, mais est-ce bien Will qui se trouve dans la machine ? (suite…)