Omar Sy

Inferno, purgatoire rétinien

Thriller complotiste à la petite semaine, Inferno vient compléter le triptyque d’adaptation cinématographique de l’œuvre de Dan Brown. Pour la troisième fois aux commandes de la saga, Ron Howard, lequel a quand même réalisé des films comme Willow ou Cocoon, qui ont marqué notre enfance, livre une aventure sans relief où les apparences règnent sur le fond comme sur la forme. (suite…)

Jurassic World, quand la créature rattrape son créateur

Il y a maintenant plus de vingt-deux ans que le grand Steven Spielberg présentait au monde sa nouvelle création, Jurassic Park, film révolutionnaire pour l’époque, ayant marqué une génération entière de gosses passionnés par les bestioles géantes aux dents acérées et à la compassion comparable à celle d’un bulldozer.
Bercés par une nostalgie enfantine, nous sommes allés voir samedi dernier, Jurassic World, dont la réalisation a été conduite par Colin Trevorrow, réalisateur jusqu’ici méconnu du grand public et qui le restera certainement. (suite…)

Samba, l’amour ne connaît pas les frontières

Au risque de paraître snob, on peut dire que le succès critique et populaire d’Intouchables nous avait laissé pantois. Le film était assez fade et cliché. On n’avait eu ni envie de rire, ni envie de pleurer, malgré un sujet qui s’y prêter. On ne ressentit rien d’extraordinairement poignant comme le crier, unanime, tous les journaux, pas même dans l’interprétation moyenne de François Cluzet Peut-être que cet entre-deux est ce qui convient désormais pourvu qu’on nous le vende bien. Le nouveau film de Éric Toledano et Olivier Nakache, Samba, inspiré du livre de Delphine Coulin, Samba pour la France, délivre une version édulcorée du sort des migrants sans-papiers, sauvée par la magnifique interprétation de Charlotte Gainsbourg, parfaite en dépressive amoureuse et Izïa Higelin, véritable pétillante. (suite…)

X-Men : Days of Future Past, le paradoxe Singer

X-Men : Days of the future past, réalisé par Bryan Singer, réunit, dans la lignée de la franchise, une belle brochette de stars. Toujours centré autour de l’altérité, cet épisode apporte à l’édifice, l’usage des paradoxes temporels comme fil conducteur d’une saga cherchant à se réinventer sans cesse. L’occasion de réconcilier des ennemis de longues dates au nom d’une cause commune. Un film à l’image de la brouille maintenant oubliée entre Singer et Marvel, tandis que Matthew Vaughn s’impose comme le nouveau scénariste de la saga.

(suite…)