Philippe Rouyer

[Rétro] Scream, un cri court dans la nuit pour une postérité durable

A l’occasion de la ressorti de Scream en salle, le 21 octobre 2016, dans le cadre des séances Il était une fois…, présentées par Philippe Rouyer, nous avons pu revoir sur grand écran, ce classique du cinéma d’horreur américain, film somme de Wes Craven, aux allures parodiques, qui n’en étale pas moins sa science avec maestria et a participé à ressusciter un sous-genre qui déclinait, le slasher et demeure aujourd’hui incontournable. (suite…)

[Rétro] La grande vadrouille, rire aux larmes des moments les plus sombres de l’Histoire

Le mardi 12 juillet est ressorti en salle, en version restaurée, un classique éternel de la comédie française auquel participèrent deux monstres sacrés : Louis de Funès et Bourvil. La grande vadrouille sorti vingt et un an après la Libération nous rappelle comment la collaboration a longtemps été éludé du discours français après-guerre, fantasmant un univers patriotique, où malgré les différences de classes, n’importe quel français eût été, pour peu que la situation se présente, naturellement résistant. Il n’en reste pas moins un franc succès qui, la salle en témoignerait, réussit encore à faire rire les plus petits comme les plus grands, fédérateur comme la légende gaullienne. (suite…)

[Rétro] Les valseuses, aussi libre que rétrograde !

Ce mardi 7 avril, dans le cadre des séances Il était une fois, présentées par Philippe Rouyer, la version restaurée du plus grand succès de Bertrand Blier, Les valseuses, était projeté dans les cinémas Pathé-Gaumont. Adulé autant que détesté, le film allait drainer près de cinq millions de spectateurs, certains par sympathie, d’autre pour se convaincre de son immoralité. Quarante-cinq ans plus tard, le film n’a rien perdu de son irrévérence mais paraît tout aussi rétrograde qu’il fut un symbole de libertés. (suite…)

[Rétro] Diamants sur canapé, chic et moderne

Le mardi 3 mars 2015, nous avons pu assister à la projection sur grand écran de Diamants sur canapé de Blake Edwards, le réalisateur de la saga de La panthère rose, dans le cadre des séances Il était une fois organisées par les cinémas Pathé-Gaumont et présentées par Philippe Rouyer. Inspiré de Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote, ce film culte, sorti en 1961 habité par les interprétations d’Audrey Hepburn et de George Peppard (qui deviendra, dans les années 80, Hannibal dans la série Agence tous risques) n’en souffre pas moins de quelques longueurs. (suite…)