Roy Spahn

A l’Opéra de Nice, La Traviata a sonné comme une célébration du Paris éternel et de l’Amour

Ce mardi 17 novembre, nous avons pu assister à la dernière représentation de La traviata à l’Opéra de Nice, sous la direction de Philippe Auguin, après que celle de dimanche fut annulée en raison du deuil national de trois jours consécutifs aux actes de barbaries du 13 novembre. A cette occasion, l’orchestre, les solistes, les chœurs et l’équipe technique de l’Opéra ont rendu un vibrant hommage aux disparus en entonnant La marseillaise et en respectant une minute de silence. Dans ce contexte, La traviata, opéra de Giussepe Verdi, sur un livret de Francesco Maria Piave, créée pour la première fois à La Fenice de Venise, le 6 mars 1853, a eu une résonance particulière appelant à la primauté de l’Amour devant tout autres valeurs et rappelant la terrible sanction de lui préférer l’obscurantisme.
(suite…)

Peter Grimes, dénonciation et exclusion en huis-clos, à l’Opéra de Nice

Peter Grimes, opéra contemporain du compositeur britannique Benjamin Britten, sur un livret de Montagu Slater d’après The Borough de George Crabbe, créé le 7 juin 1945, au Sadler’s Wells Theatre de Londres a été joué à partir du dimanche 18 janvier à l’Opéra de Nice. Mise en scène avec sobriété par Marc Adam, dirigé par Bruno Ferrandis, nous avons assisté à la troisième soirée. La dernière représentation aura lieu ce soir à 20h.
(suite…)