Sylvie Testud

Les visiteurs – La révolution, sous le couperet !

Sale temps pour les vieux de la vieille. Les transfuges du Splendid ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Jean-Marie Poiré, à qui l’on doit Le Père Noël est une ordure, Papy fait de la résistance ou encore Les visiteurs, entre autres classiques inaltérables de l’humour français, revient mettre du beurre dans les épinards en essorant jusqu’à la moelle, une licence qui n’en demandait pas tant et qu’il avait déjà outrageusement mis à terre avec Les visiteurs en Amérique. Les visiteurs – La révolution, troisième volet est le symptôme attristant d’une paresse scénaristique qui étend de plus en plus son emprise.

(suite…)

Publicités

Arrête ton cinéma ! Coup de gueule jubilatoire !

Arrête ton cinéma !, le dernier film de Diane Kurys, adapté du roman autobiographique de Sylvie Testud, C’est le métier qui rentre est une avalanche jubilatoire de situation cocasse sur fond d’industrie cinématographique gangrenée par l’argent et l’ego. (suite…)

Le talent de mes amis, comédie à fleur de peau

Alex Lutz que l’on ne pouvait pas supporter dans La Revue de presse de Catherine et Liliane sur Canal+, rubrique humoristique lourdingue du Petit journal, s’essaie au cinéma avec Le talent de mes amis. Et avouons-le, le cinéma de Lutz est diamétralement opposé à la superficialité parisienne de Catherine et Liliane. A ses cotés, Bruno Sanches qui joue son acolyte dans le programme court surprend et sous sa caméra, même Audrey Lamy (dont on avait parlé pour La belle et la bête), d’habitude si insupportable, prend de la consistance. (suite…)

[Plutôt contre] 96 heures, idée neuve pour réalisation vieillotte

Quelques mois après Diplomatie, Niels Arestrup revient pour un nouveau huit-clos, 96 heures, réalisé par Frédéric Schoendoerffer. Accompagné par Gérard Lanvin qui n’est jamais meilleur que lorsqu’il joue des drames, il campe à nouveau un rôle de méchant dans ce film policier qui inverse les rôles. (suite…)

[Avant-Première] 24 jours : entre devoir de mémoire et récupération

Chez la graine, on aime bien les avants-premières. Parce qu’elles sont souvent révélatrices de la raison d’être d’un film. On n’a pas été déçu avec celle de 24 jours d’Alexandre Arcady, qui sort le 30 Avril. Hier soir à Nice, résumé d’une soirée qui sentait bon la récupération. Dans une salle comble, mais au trois quarts comblée d’invités.

(suite…)