Titoff

Titoff, 15 ans de scène, au soleil de Cimiez

Depuis quatre ans, sous l’impulsion du député-maire de Nice, Christian Estrosi, se déroule, début juin, une manifestation en l’honneur des rapatriés d’Algérie et des Harkis. Un drôle de festival, il faut dire, intitulé Au soleil des deux rives, mais où ne sont pas conviés les expatriés algériens et où l’élu aux relents xénophobe, confondant régulièrement république laïque et culte catholique, cultive, lors de discours enflammés, un révisionnisme historique nauséabond où il regrette les accords d’Evian, autrement dit l’indépendance d’un peuple et d’une nation, gagnée de hautes luttes. Si les douleurs et les mémoires sont partagés, il faudrait sûrement, cinquante-trois ans après l’indépendance algérienne, faire le deuil des rancœurs et inviter tout le monde à la table conviviale. Le député niçois préfère flatter le pire chez ses administrés.

(suite…)