Tommie Smith

La couleur de la victoire, ils n’auraient pas cru que, là-bas aussi, ce fut le noir

Il n’ aurait pas cru sans le voir que la couleur du désespoir, là-bas aussi, ce fût le noir. Lorsque Jesse Owens, jeune athlète afro américain, accepta de concourir pour les États-Unis aux jeux olympiques de 1936 à Berlin, il ne percevait qu’à peine qu’il signerait là, un acte de résistance à l’Allemagne nazie tout autant qu’à l’Amérique ségrégationniste. La couleur de la victoire de Stephen Hopkins retrace le parcours d’un athlète hors-norme rattrapé par l’Histoire.

(suite…)

Publicités