Walton Goggins

Les huit salopards, l’Ouest en demi-teinte

Le pape des cinéphiles, qui parle à leurs tripes et à leurs cœurs avant de s’adresser à leur tête, a vraisemblablement désarçonné plus d’un aficionado tout en s’attirant les foudres d’une certaine presse n’ayant toujours pas accepter l’apport du film de genre à l’art cinématographique. Avec Les huit salopards, il est vrai que Tarantino adopte un style moins rythmé, plus lent qu’à l’accoutumé mais maîtrisé. Après tout n’est pas cela l’essence du western spaghetti qu’il affectionne tant ?
(suite…)

American Ultra : espions sous acide

Après Projet X, un film pour ados prépubères, on n’attendait pas grand chose du réalisateur britannique Nima Nourizadeh. Et pourtant, American Ultra est une vraie bonne surprise. Ce film, porté par un couple d’enfer : Mike joué par Jesse Eisenberg (magique dans Insaisissables et que l’on retrouvera l’année prochaine dans Suicide squad) et Phoebe, incarnée par Kristen Stewart (très juste dans Still Alice), oscille entre action débridée, franche rigolade et scènes totalement WTF. (suite…)