William O’Malley

[Rétro] L’exorciste, métaphore du doute sacerdotal

En 1974, L’exorciste, réalisé par William Friedkin, tout juste auréolé du succès de French Connection, amorçait la sortie du cinéma de genre horrifique du ghetto où il croupissait. Plébiscité par la critique autant que le public, sujet de vif débat, c’est le film qu’il fallait avoir vu cette année-là. Au-delà de l’odeur de sulfure qui flottait sur les dialogues orduriers et son esthétique macabre, L’exorciste marqua surtout les esprits pour sa vision très sombre de la l’humanité, de sa foi en elle-même comme de sa foi en Dieu, démystifiée par la psychanalyse. Nous avons eu l’occasion de le revoir sur grand écran, en version longue. Une occasion rêvé de revenir sur ce chef d’œuvre dans nos lignes. (suite…)